Prototype d'éolienne.

Le changement climatique et la santé humaine : les effets néfastes

Le changement climatique figure parmi les menaces considérées comme les plus importantes pour la santé humaine. Que ce soit de manière directe ou indirecte, son impact sur le fonctionnement général de l’organisme est très négatif. Voici notamment certains des effets néfastes du changement climatique sur notre santé.

Petites éoliennes sur une table.

https://pxhere.com/fr/photo/1432425

Des maladies vectorielles et zoonotiques

Ce sont des maladies transmises par des animaux hôtes (les vecteurs). Les maladies vectorielles (comme le paludisme) sont portées par un organisme et transmises à un hôte humain. Les zoonoses (comme le virus responsable de la Covid) sont transmises à l’être humain souvent par contact direct avec des animaux infectés.

De nombreuses maladies vectorielles et zoonotiques sont plus répandues dans les régions à climats chauds. Pour cette raison, elles étaient initialement confinées dans ces régions. Aujourd’hui, les endroits où ces maladies peuvent proliférer ne cessent de s’étendre à cause du changement climatique. D’ailleurs, ce dernier est tenu pour responsable de la progression des maladies comme la dengue et la malaria.

Par ailleurs, les fluctuations extrêmes des températures et des conditions météorologiques, le changement climatique étant en cause, perturbent les habitats des animaux. En conséquence, différentes espèces comme les chauves-souris se rendent dans des lieux inhabituels, entrant en contact avec les humains et autres espèces. Cela augmente ainsi le risque de propagation des maladies zoonotiques entre espèces. Le commerce des espèces sauvages fait aussi partie des facteurs d’aggravation de ce phénomène.

Des problèmes de santé mentale et stress

Un nombre croissant de recherches révèlent les liens entre le changement climatique et la santé mentale. Il s’agit d’une relation complexe qui implique de multiples conséquences à la fois directes et indirectes de ce problème planétaire. D’abord, le changement climatique diminue la qualité de l’air. Cela provoque une aggravation d’un grand nombre de problèmes de santé, y compris les troubles mentaux. Différentes recherches ont notamment établi un lien entre l’exposition à l’air pollué et la démence.

De plus, le changement climatique accroit indirectement les problèmes de santé mentale tels que l’anxiété, la dépression ainsi que le stress mental post-traumatique. Sont mis en cause le stress et la détresse provoqués par l’expérience de phénomènes météorologiques extrêmes tels que les inondations, les canicules et les sécheresses. Il existe également une multitude de preuves démontrant que le stress environnemental lié aux catastrophes naturelles peut avoir de sérieuses répercussions sur la santé maternelle et infantile.

Une dénutrition, une malnutrition et une sous-nutrition

La hausse des températures, les changements des régimes pluviométriques et l’accroissement de la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes sont liés à la diminution de disponibilité des denrées alimentaires de base. L’élargissement des populations de mauvaises herbes et de parasites, induit par le changement climatique, y contribue également. Qui plus est, cela entraînera un usage encore plus intensif d’herbicides et de pesticides, ce qui perturbera la santé des personnes qui y sont exposées.

Non seulement la diminution du rendement des cultures a pour conséquence la hausse des prix des produits alimentaires, mais également la baisse des salaires des populations les plus vulnérables dans les régions les plus pauvres du monde. Le changement climatique a aussi un impact sur les conditions atmosphériques et pédologiques, réduisant la valeur nutritionnelle de certains aliments. En parallèle, les populations de bétail et de poissons en pâtissent également et risquent de diminuer.

Les experts prévoient que les différents types de marasmes nutritionnels vont augmenter si aucune solution n’est appliquée pour lutter contre le changement climatique. Pourtant, actuellement, la malnutrition tue déjà 9 millions de personnes par an. Avec la hausse des prix des denrées alimentaires, certaines personnes et populations n’auront qu’un accès limité à la nourriture. Cela va occasionner une augmentation des personnes souffrant de la famine. D’autres vont se tourner vers des aliments moins chers, mais qui sont à la fois moins nutritifs, et plus caloriques. Ce qui accentuera la prévalence de la malnutrition et de l’obésité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *